La symptothermie ou comment gérer sa fertilité au naturel

La symptothermie, méthode naturelle pour gérer sa fertilité ou sa contraception

Ras-le-bol de la pilule ou du stérilet ? Envie d’amener le naturel dans sa contraception ? De se reconnecter à son corps ? Ne cherchez plus, voici LA solution écologique, simple, efficace, et respectueuse de son corps : la symptothermie.

En réalité, la symptothermie est un peu plus que ça.

Afin de vous expliquer la méthode, je suis allée à la rencontre d’une spécialiste : Sarah Mathieu, naturopathe à Sciez (Haute-Savoie) depuis 8 ans et conseillère en symptothermie…

 

Sarah Mathieu, conseillère en symptothermie, méthode de contraception ou de gestion de sa fertilité naturelle

Sarah Mathieu, naturopathe et conseillère en sympothermie

L’interview du jour

Bonjour Sarah, pourrais-tu nous expliquer en quelques mots ce qu’est la symptothermie?  

La symptothermie est une méthode naturelle pour gérer sa fertilité. Elle est à la fois une méthode de contraception ou d’aide à la conception, dépendant du sens dans lequel on l’utilise, basée sur l’auto-observation de la femme. La femme va observer ses signes de fertilité et d’infertilité et, en fonction de ceux-ci, le couple ciblera ses rapports sexuels pendant ou en dehors de la période de fertilité selon s’il est en désir d’enfant ou non.

La symptothermie moderne, pour effectuer les observations, a recours quant à elle à un thermomètre pratique et plus précis (à deux décimales, comme le Cyclotest Lady par exemple) ainsi qu’à une application – sympto – qui interprète les règles de la symptothermie, simplifiant ainsi l’utilisation de la méthode. Elle permet en outre d’avoir une conseillère en ligne.

 

 

Concrètement, comment se pratique la symptothermie ? Qu’est-ce que cela implique ?

Pendant 10-12 jours durant son cycle, la femme va observer principalement deux signes :

  • la glaire cervicale
  • sa température le matin au réveil

Ces deux signes lui indiquent très clairement quand elle entre dans sa fenêtre de fertilité et quand elle en sort.

On peut ajouter en outre l’observation d’un troisième signe, la position du col de l’utérus, réalisée par auto-palpation du col. Cette observation, non obligatoire, permet d’apporter plus de précision. Toutefois, si l’on ne la renseigne pas, cela ne remet pas en cause la fiabilité de la méthode.

 

Si je comprends bien, la symptothermie a l’avantage par rapport à une contraception conventionnelle, en plus d’être naturelle et respectueuse de la santé, de redonner à la femme et au couple la gestion de sa fertilité ?

Disons que les observations restent du ressort de la femme…

Mais l’homme est bien sûr invité à participer à la méthode, à s’y intéresser. Il se trouve de fait plus concerné puisqu’il va devoir se poser la question du choix de mettre un préservatif en période de fertilité ou de pratiquer l’abstinence, ou encore savoir à quel moment sa compagne se trouve dans le cycle.

L’implication du conjoint fait partie de la philosophie de la méthode.

 

Qu’apporte en outre la symptothermie aux femmes par rapport à un autre contraceptif hormonal ?

Elle apporte énormément de choses !

En premier lieu, la connaissance de soi : A quel moment suis-je hautement fertile? Quelle est la période probable de mon ovulation? (rappel : on ne peut pas savoir ni prédire le jour exact de l’ovulation, à moins d’avoir un échographe chez soi) Pourquoi parfois je n’ovule pas ? En étant plus proche de son corps, on sait mieux comment il fonctionne. On comprend aussi mieux ce qui lui convient ou pas : quand on voit un pic de température anormale, on se demande ce qui s’est passé la veille !

La symptothermie permet ensuite de savoir si on est en bonne santé. Par exemple, on détectera plus rapidement des problèmes de thyroïde (par le biais des prises de températures) ou au niveau du col de l’utérus (saignements hors des périodes normales, sécrétions non habituelles). On saura alors plus rapidement s’il faut consulter un médecin.

Elle amène je trouve aussi une plus grande communication dans le couple. Si la femme n’ovule pas, elle va se dire qu’il y a des choses dans sa vie qui ne vont pas et peut-être en parler à son compagnon, et mettre ainsi les choses sur la table plus tôt. Ou l’homme va aussi se poser des questions, comme « tiens, on met toujours le préservatif, elle est toujours fertile, qu’est-ce qui se passe ? ».

Le fait de vivre son cycle sans hormones de synthèse apporte enfin plus de libido, plus d’envies, plus de sensations.

 

La pilule contraceptive est efficace à environ 99.70% si elle est utilisée de façon correcte. En comparaison, quelle est la fiabilité de la méthode symptothermique moderne pratiquée optimalement (observations assidues) ? 

On est à 99.6% d’efficacité, ce qui est donc très proche de la pilule.

 

On ne peut pas le cacher, le relevé des températures, l’analyse de la glaire cervicale sur une base journalière pendant une partie du cycle est tout de même assez contraignant. Ou du moins c’est un réflexe à prendre, comme se brosser les dents. As-tu rencontré des femmes qui ont renoncé à l’application de la méthode et pourquoi ?

Oui, la pratique de la symptothermie nécessite un temps d’apprentissage.

Les cas de femmes qui abandonnent l’utilisation de la méthode sont très rares. Celles qui renoncent le font généralement en fait avant de commencer vraiment. Le seul cas que j’ai rencontré est celui d’une femme qui se trouvait dans une période de vie trop mouvementée, compliquée, et pour qui ce n’était pas le bon moment. Elle n’y a pas renoncé définitivement et était décidée à y revenir plus tard.

Ce qui pourrait faire arrêter une femme serait par exemple si elle a des cycles très compliqués, qui n’ovule pas pendant des mois et des mois, qui n’arrive pas à fermer son cycle à cause du stress.

 

A qui s’adresse la sympothermie ? Peut-on la recommander à de jeunes femmes tout justes réglées ? A des femmes qui ont déjà eu des enfants ?

La symptothermie s’adresse à toutes les femmes qui ont envie de s’observer, qui sont à l’aise avec ça. Peu importe que l’on ait un cycle régulier ou irrégulier, long, court, que l’on soit jeune ou moins jeune.

Elle est aussi parfaitement adaptée aux adolescentes qui veulent simplement comprendre comment leur corps fonctionne.

Les seuls cas dans lesquels la symptothermie ne peut se pratiquer est ceux par exemple des femmes avec une endométriose prononcée ou d’autres pathologies nécessitant des traitements hormonaux.

 

Dans ton livre « La naturopathie au service des contraceptions – guide à l’attention des couples pour un choix en conscience », outre la symptothermie, tu évoques diverses solutions alternatives de contraceptions : diaphragme, méthode des températures, méthode de Billings, etc. Que recommanderais-tu à une femme qui cherche justement une alternative plus naturelle à une contraception conventionnelle, je pense en particulier aux contraceptions hormonales ou au stérilet ? Quelles questions devrait-elle se poser, seule voire en couple, pour faire le bon choix pour elle ?

Pour moi le critère le plus important est la fiabilité de la méthode : être sûre qu’elle est vraiment efficace. Après vient son aspect pratique, et enfin l’aspect « prix ».

 Je conseille bien évidemment la pratique symptothermique qui réunit tous ces critères.

Toutefois, si la femme n’a vraiment pas envie de faire ses observations, qu’elle trouve ça hyper contraignant, elle pourrait s’orienter alors vers le Lady-Comp ou Cyclotest 2 Plus. Il existe également depuis peu une appli contraceptive développée par une scientifique suédoise, « Natural cycles », qui ne nécessite pas l’achat d’un appareil relativement onéreux et qui est également une méthode calculothermique.

 

Ndlr : à noter que la symptothermie a un coût au départ en période d’apprentissage avec l’achat d’un thermomètre adapté et en fonction de la formule de suivi choisie. Ensuite, elle s’avère en revanche totalement gratuite !

 

La pratique de la symptothermie améliore la communication dans le couple

 

Comment procède une femme qui ferait le choix de la symptothermie pour faire son apprentissage ? Vers qui/où peut-elle se tourner ?

Je conseille fortement de faire une première consultation avec une conseillère dans votre région ou par skype. La liste des conseillères est disponible sur le site www.sympto.org et le blog www.blog.sympto.org. Il est important en effet de démarrer avec les bases posées. Le but de cette première consultation est de rappeler comment fonctionne le cycle, ce qu’il faut observer et quels sont les pièges.

 Il existe également le groupe facebook « Symptothermie », groupe fermé, créé par une conseillère et géré par un ensemble de femmes. C’est l’idéal pour les femmes curieuses, qui ne veulent pas se lancer tout de suite mais souhaitent voir un peu à quoi ça ressemble, les questions qui se posent, les problématiques que l’on pourrait rencontrer, etc…

 Sur le site sympto.ch, on peut s’inscrire pour une prise de rendez-vous avec une conseillère, mais il existe par ailleurs plusieurs forfaits de suivi. Le minimum ensuite serait d’opter pour un suivi de 6 mois par une conseillère dans le but de faire son apprentissage sans prendre de risque.

 

Serait-il envisageable au contraire pour une femme de se débrouiller seule au début avec l’application sympto ?

Comme je l’ai déjà évoqué, c’est une période d’apprentissage non négligeable. La première consultation me paraît indispensable. Après rien n’empêche de prendre un suivi quand on le désire si l’on s’aperçoit que l’on n’arrive pas gérer seule, en particulier au début.

Il est important – au minimum – de s’informer par le biais d’un livre sur la symptothermie, par exemple : « L’art de vivre sa fertilité » de Josef Rötzer (le créateur de la symptothermie) ou « La symptothermie moderne : La contraception – et conception – pour tous » de Harri Wettstein et Christine Bourgeois.

A noter que le livre de Harri Wettstein et Christine Bourgeois sera plus adapté si l’on veut utiliser l’application sympto car on retrouvera les symboles, les appellations utilisées par la méthode.

 

En tant que naturopathe, que conseillerais-tu à une femme lors de l’arrêt de la pilule ou autre contraception hormonale vers une contraception naturelle pour l’aider à retrouver son cycle ?

Chez certaines femmes le cycle redémarre tout de suite. Chez d’autres cela peut prendre plusieurs mois.

Je ne propose pas tout de suite de faire quelque chose, mais si au bout de 30-40 jours la femme n’a toujours pas ovulé et que cela dure, il peut être intéressant de faire un travail sur l’hygiène de vie (hygiène de base au niveau du sommeil, de l’alimentation, du sport) pour aider.

Ensuite, on pourra avoir recours à la naturopathie pour drainer les hormones de synthèse qui restent stockées dans le tissu conjonctif, ou travailler plus précisément avec la micro-nutrition (certaines vitamines et oligo-éléments) pour que le cycle fonctionne mieux.

 

Quel est ton propre parcours vers la symptothermie et pourquoi as-tu choisi de devenir conseillère en symptothermie ?

Pendant mes études de naturopathie, les profs nous expliquaient que les hormones n’étaient vraiment pas bonnes pour la santé, qu’il fallait les éviter, que le stérilet n’était pas forcément mieux. Quand on leur posait la question « OK, très bien et vous avez quoi d’autre ? », ils répondaient qu’ils n’avaient pas vraiment d’alternative. Un de nos profs disait même « Ben à part l’abstinence je ne vois pas trop ». C’était son humour à lui mais ça en disait long sur l’ignorance des alternatives pourtant existantes !

J’avais 20 ans à ce moment-là. L’abstinence étant inenvisageable, j’ai alors commencé à chercher d’autres solutions avec des filles de ma promo. Et on est tombé sur la symptothermie. J’ai même fait mon mémoire de fin d’études sur les contraceptions alternatives pour informer la communauté de naturopathie sur les méthodes existantes.

J’ai commencé à pratiquer la symptothermie dans la foulée, cela fait 7 ans maintenant. Elle a été très fiable pour moi : jamais de frayeur et lorsque l’on a décidé d’avoir un enfant avec mon conjoint, je suis tombée enceinte immédiatement. Très vite après mes études, j’ai voulu aller plus loin et devenir conseillère. Lorsque j’ai découvert l’application sympto, j’ai donc suivi les formations. Cela fait 5 ans que je suis conseillère. Aujourd’hui je suis également formatrice.

 

Justement, dernièrement, tu étais à Paris pour un atelier de formation à la symptothermie. Peut-on dire qu’il y a un engouement pour ce type de contraception naturelle ou est-ce une volonté de la faire connaître ?

Il y a une plus forte demande aujourd’hui. Donc forcément, les formations se multiplient.

 

Ndlr : Pour les pays francophones, des formations de conseillères sont disponibles auprès de l’institut Eden (basé à Lausanne, cf la page facebook « Institut Eden »). Les formation ont lieu en France et en Suisse actuellement, peut-être un jour en Belgique….

 

 Quelques informations complémentaires sur sympto

L’application est téléchargeable sur smartphone. Lorsque l’on crée un compte et que l’on prend une formule, l’application est également accessible depuis un ordinateur.

Vous êtes curieuses et voulez voir à quoi ressemble sympto ? Allez, c’est parti, voici l’exemple de la présentation d’un cycle sur sympto :

 

Symptothermie : présentation d'un cycle féminin au moyen de l'application sympto

 

Très facile, c’est l’application qui guide la femme tout au long du cycle : elle indique quand commencer à prendre ses températures et jusqu’à quel jour. C’est sympto également qui confirmera la fin de la période fertile.

La prise des températures démarre un peu après les règles (ici le 5ème jour) et se poursuit jusqu’à trois à quatre températures hautes pour que l’application reconnaisse la fin de la période fertile (ici le 16ème jour). Le nombre de jours d’observation dépend de la durée de la phase fertile.

La zone en rose représente la période infertile du début de cycle, en bleu la période fertile, en jaune la période infertile après ovulation (deuxième partie du cycle).

Outre la température et la qualité de la glaire cervicale, il est important également d’indiquer : l’heure de prise des températures, les rapports sexuels protégés et non protégés, ainsi qu’éventuellement notre état émotionnel, les évènements qui impacteraient les températures, etc. Ne pas oublier enfin de noter l’arrivée des règles qui marque le démarrage d’un nouveau cycle.

Si la température ne monte pas, cela signifie qu’il n’y a pas eu d’ovulation et que les hormones vont lancer une nouvelle tentative. L’arrivée de saignements ne correspondra alors pas aux règles mais à des saignements intermenstruels, le cycle se poursuivant alors jusqu’à ce que l’ovulation réussisse.

 

Informations et lectures utiles conseillées par Sarah

  • www.sympto.org ou blog.sympto.org
  • L’art de la fertilité, Joseph Rötzer : la base de la symptothermie.
  • La symptothermie complète, R. Harri Wettstein et Christine Bourgeois (téléchargeable gratuitement en pdf ici mais peut s’acheter en version imprimée) : la méthode symptothermique moderne expliquée en détail. Le manuel est quelque peu indigeste cependant !
  • Ils ont osé les méthodes naturelles, Céline et Gaëtan Marion : des témoignages de couples qui ont choisi des méthodes de contraception naturelle en accord avec leur foi. Il y a du religieux derrière, mais les témoignages valent le détour !
  • La naturopathie au service des contraceptions – guide à l’attention des couples pour un choix en conscience, Sarah Mathieu : rappel sur le fonctionnement de la fertilité et présentation des différentes méthodes contraceptives conventionnelles et naturelles.
  • Que se passe-t-il dans mon corps ?, Elisabeth Raith-Paula : un livre sur le fonctionnement du cycle féminin, la fertilité. A l’attention des jeunes filles, mais un très bon rappel pour toutes et tous.
  • Cycle Savvy, Toni Weschler : le livre sur la symptothermie pour les jeunes filles. C’est un livre en anglais, qui reste cependant assez accessible aux non-anglophones qui se débrouillent en anglais.

 

J’espère que ces informations vous ont été utiles, ou tout au moins, auront attiré votre curiosité et votre intérêt.

Pour le reste, n’hésitez pas à poser toutes vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Vous me retrouverez également sur la page facebook de Cosmetologik ou sur le site http://cosmetologik.com/. Le blog est – encore – en phase de démarrage, mais je vous y attends pour échanger sur la peau et les soins au naturel.

A bientôt et stay tuned !

Karin

 

The following two tabs change content below.
Photo du profil de Karin

Karin

Passionnée d'huiles végétales et essentielles, c'est naturellement que j'ai suivi diverses formations en dermo-cosmétique naturelle, en aromathérapie et aromathérapie énergétique. J'espère vous aider à les utiliser pour prendre soin de vous et de votre peau.
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2017 LRC  Conseils & Formations - © https://avoirunebellepeau.fr  - Conditions générales de vente - Mentions légales

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?