Comprendre la composition d’un produit cosmétique

De quoi sont faits nos produits cosmétiques ? Et quelles sont les différences entre un cosmétique naturel et un cosmétique conventionnel ?

Tous les produits cosmétiques, qu’ils soient conventionnels, naturels ou “bio”, sont toujours composés de 3 types d’ingrédients :

  • un excipient, c’est à dire un élément support qui va permettre de répartir les principes actifs sur la peau,
  • un (ou plusieurs) principe(s) actif(s), qui vont conférer au produit ses propriétés,
  • des additifs, qui vont permettre d’émulsionner, de stabiliser et de conserver le produit, ainsi que lui conférer sa couleur ou son parfum.

C’est au niveau du choix des ingrédients composant chacune de ces catégories que vont s’exprimer les différences entre un cosmétique “conventionnel” et un cosmétique « naturel ou bio ».

 

 

A la différence des produits alimentaires, pour lesquels la mention « bio » est rigoureusement réglementée, il n’existe pas d’encadrement légal pour les termes « naturel » ou « bio » en matière de produit cosmétique. Les industriels du secteur, conscients de l’intérêt croissant des consommateurs pour des solutions plus naturelles, profitent de ce vide juridique et n’hésitent pas à faire passer pour plus « verts » qu’ils ne le sont réellement, des produits qui n’ont en fait de « naturel » que le nom. Le seul moyen de s’y retrouver pour le consommateur, est donc d’être attentif à la composition.

1/ L’excipient constitue généralement 80 à 90% du produit fini, mais il est souvent d’une qualité décevante, voire médiocre

Dans un produit cosmétique, l’excipient est le support qui va véhiculer les principes actifs et en assurer la diffusion sur l’épiderme.

Le choix de l’excipient déterminera la forme finale du produit : crème, gel, baume, lait, lotion, sérum, stick, poudre, mousse, pâte…

En cosmétique conventionnelle, la qualité de l’excipient se révèle presque toujours médiocre, et même dans certains produits pourtant estampillés « bio », elle peut aussi parfois s’avérer décevante.

Il est vrai que le fait de privilégier des ingrédients bon marché, et donc de moindre qualité, reste le meilleur moyen de minimiser le coût global du produit, et les fabricants ne s’en privent malheureusement pas. Seule une lecture attentive de la liste des ingrédients permettra donc de s’assurer de la qualité réelle du produit.

Il faut savoir que 90% des produits cosmétiques se présentent sous la forme d’une émulsion, à savoir un mélange de deux liquides, l’un aqueux, l’autre huileux, naturellement non miscibles entre eux mais qui sont assemblés et stabilisés à l’aide d’un émulsifiant, un peu comme une mayonnaise ! C’est évidement le cas des crèmes, mais également des laits, des dentifrices, de masques, des shampooings-crèmes, des fonds de teint, etc.

Parmi les excipients les plus courants, on trouvera donc principalement :

  • des substances aqueuses (ou hydrophiles) : eau, hydrolat, jus d’aloé vera…
  • des corps gras (substances lipophiles) : huiles minérales, huiles synthétiques, huiles ou beurres végétaux…

En cosmétique conventionnelle, l’eau est de loin le principal excipient utilisé.

Elle représente 60 à 90 % de la formule et ce, quel que soit le positionnement du produit, du plus économique au plus « haut de gamme ».

Quant aux corps gras, les plus fréquents en tant qu’excipients sont des huiles minérales (issues de la pétrochimie) ainsi que des huiles synthétiques (famille des silicones).

Ces huiles présentent l’avantage d’être très peu coûteuses et surtout faciles à travailler sur le plan industriel, ce qui en fait des ingrédients phares de la cosmétique traditionnelle. Elles permettent également d’obtenir des crèmes d’une très grande stabilité, ce qui est également très appréciable pour le fabricant. En revanche, elles ne présentent aucun intérêt pour la peau car elles sont inertes, et ont même tendance à boucher les pores de la peau et à favoriser l’apparition de  boutons. Elles sont par ailleurs extrêmement polluantes, car très peu biodégradables.

Les cosmétiques véritablement “naturels” ou “bio”, se reconnaissent à la qualité de leur excipient, qui est composé de substances végétales actives, et non inertes comme le sont l’eau déminéralisée ou les huiles synthétiques.

L’eau sera avantageusement remplacée par un hydrolat (appelé également « eau florale ») ou par du jus d’aloé vera. Les huiles synthétiques seront bannies des formules naturelles, pour laisser place à des huiles, beurres ou cires issus du monde végétal (fruits, graines, noyaux, céréales, etc). Naturellement hydratants et nutritifs, reconnus et appréciés par la peau, ces corps gras végétaux pourraient se suffire à eux-mêmes tant leur composition est riche et leurs propriétés sont multiples.

D’ailleurs, hydrolats et huiles végétales jouent ici à la fois un rôle d’excipient, mais constituent en eux-mêmes des principes actifs qui les rendent particulièrement bénéfiques et intéressants pour notre peau.

2/ Les principes actifs, souvent présents en trop faible quantité pour être véritablement efficaces

Il devrait normalement s’agir de la catégorie d’ingrédients la plus importante, puisque c’est le principe actif qui confère au produit ses propriétés et qui lui permet d’avoir une véritable action sur la peau. Malheureusement, qui dit “important” ne signifie pas pour autant “abondant”.

En effet, dans la plupart des produits cosmétiques conventionnels, le principe actif, qu’il soit d’origine naturelle ou synthétique, ne sera présent que dans des proportions extrêmement faibles, souvent inférieures à 1%, donc trop peu pour espérer produire la moindre efficacité sur la peau. Ce qui n’empêchera pas au fabriquant d’axer toute sa communication autour de ce composant en particulier, puisqu’aucune réglementation n’impose un pourcentage minimum.

La cosmétique naturelle ou bio, utilisera quant à elle exclusivement des principes actifs naturels, la plupart du temps issus d’extraits végétaux contenant de nombreuses molécules actives et des nutriments parfaitement adaptés à notre peau. Les principaux pourvoyeurs naturels en principes actifs sont en tout premier lieu les huiles essentielles (à manier avec précaution compte tenu de leur puissance), mais aussi les huiles végétales, les hydrolats, le gel d’aloé vera, ainsi que les produits issus de la ruche, les argiles, etc…

Encore une fois, seul un examen attentif de la liste des ingrédients nous permettra, à nous consommateurs, d’en savoir un peu plus sur la teneur en principes actifs du produit que nous nous apprêtons à acheter.

3/ Les additifs, une catégorie à regarder avec attention

Cette catégorie regroupe l’ensemble des ingrédients permettant d’émulsionner, de stabiliser, de faire mousser, de conserver, de colorer et de parfumer le produit cosmétique.

C’est ici que l’on va retrouver les ingrédients les plus nombreux et les plus critiqués, car suspectés d’être nocifs pour la santé humaine et néfastes pour l’environnement. Une attention toute particulière devra donc être portée à cette catégorie de composants, afin d’identifier et d’éviter autant que faire se peut toutes les substances indésirables.

  • Les émulsifiants sont présents dans la très grande majorité des cosmétiques, car ils sont indispensables pour créer une émulsion. Parmi eux, le PEG (polyethylène glycol) et le PPG (polypropylène glycol), très largement utilisés en cosmétique conventionnelle, sont obtenus à partir d’un gaz très toxique. Extrêmement polluants, ils contiendraient également des substances irritantes et sont même considérés comme potentiellement cancérigènes.
  • Autre type d’ingrédient omniprésent en cosmétique, en particulier dans les émulsions contenant de l’eau, très propice au développement des bactéries : les conservateurs. C’est dans cette catégorie que l’on retrouvera notamment, toujours en cosmétique conventionnelle, les fameux parabens (tant décriés), mais aussi des substances tout aussi controversées comme le phénoxyéthanol, le méthylisothiazolinone, le triclosan et tant d’autres.
  • Les parfums de synthèse, également très largement utilisés (autant pour masquer les mauvaises odeurs des ingrédients cosmétiques artificiels que pour parfumer le cosmétique) ne sont pas en reste, et sont également accusés d’être irritants et à l’origine de nombreuses allergies.

A contrario, les cosmétiques naturels et bio comptent par définition un nombre limité d’additifs, issus d’une liste d’ingrédients autorisée par les différents organismes de certification, et qui sont en principe tous d’origine naturelle : que ce soit des émulsifiants (lécithine, lanoline, cire d’abeille ou encore esters et alcools d’huiles végétales), des conservateurs (acide citrique, acide benzoïque), des agents de texture (dérivés de sucres et de céréales), des colorants (micas, oxydes) ou encore des parfums issus des huiles essentielles.

En conclusion, on n’insistera jamais assez sur la nécessité de développer notre esprit critique vis-à-vis des produits cosmétiques, et de ne pas se fier aux publicités ou à certaines mentions bien mises en évidence sur l’emballage, qui sont malheureusement souvent trompeuses.

La bonne attitude est donc d’apprendre à lire les étiquettes et à décrypter la liste des ingrédients entrant dans la composition  de nos produits, qu’il s’agisse d’un cosmétique conventionnel, naturel ou bio (la fameuse liste INCI). Pour ce faire, nous vous donnerons quelques astuces à l’occasion d’un prochain article.

Si vous avez des commentaires ou des questions au sujet de cet article, je vous invite à venir les poser sur mon blog, en cliquant sur l’image ci-dessous :

 

The following two tabs change content below.
Je me définis comme une « Eveilleuse de Conscience Cosmétique » : j'aide les femmes à prendre conscience des dangers liés aux cosmétiques conventionnels, et je les accompagne dans leur transition vers une cosmétique plus naturelle, plus simple, plus saine et surtout plus efficace.
7 Commentaires
  1. ARRIGHI 10 mois Il y a

    Superbe ce premier article, mais je ne doutais pas de ton talent.Très intéressant et instructif pour toutes les personnes soucieuses de leur santé et de leur bien être .Bravo

    • Auteur
      Patricia 10 mois Il y a

      Merci Michelle. Au plaisir de te lire à mon tour !

  2. Nathalie 10 mois Il y a

    C’est un très bel article, clair et bien écrit.
    L’année commence en beauté !

    (A la différence des produits alimentaires, pour lesquels la mention « bio » est rigoureusement réglementée, il n’existe pas d’encadrement légal pour les termes « naturel » ou « bio » )

    J’ai juste relevé dans l’intro, entre parenthèses ci dessus, que les cosmétiques bio ne sont pas règlementés contrairement à l’alimentation, hors il existe bien des certifications bio pour les cosmétiques.
    Et dans l’alimentaire il y aussi des industriels qui utilisent les termes naturels , les couleurs vertes etc, sans certifications.
    Donc il faut toujours être vigilant et rechercher les certifications bio en alimentaire et en cosmétique.
    Je travaille dans un magasin bio …..

    • Auteur
      Patricia 10 mois Il y a

      Bonjour Nathalie, merci pour ton commentaire.
      Tu as tout à fait raison, il est important d’être très vigilants et de développer notre esprit critique par rapport à certains arguments marketing. Les certifications bio, que ce soit en cosmétique ou dans pour l’alimentaire, sont là pour nous y aider. Ceci dit, même dans ce domaine, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Ce thème fera l’objet d’autres articles, car il y a beaucoup à dire sur le sujet !
      A très bientôt.

  3. Anonyme 10 mois Il y a

    TRES bon aeticle je me rends compte que je ne connaissais pas grand chose sur ce sujet

    • Auteur
      Patricia 10 mois Il y a

      Bonjour, merci pour votre commentaire. Je suis contente de vous avoir permis d’en savoir un peu plus. Cette plateforme a été créée pour cela. A très bientôt.

  4. Pascale PONSAR 9 mois Il y a

    Felicitation Patricia , la tête dans le guidon , pour la rédaction de mon article , c’est seulement maintenant que je prends le temps de savourer les différents sujets abordés .

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2017 LRC  Conseils & Formations - © https://avoirunebellepeau.fr  - Conditions générales de vente - Mentions légales

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?