Problème de peau chez les enfants: le Molluscum Contagiosum!

probleme peau enfant molluscum contagiosum lyanlaLe Molluscum contagiosum s’est un jour invité dans notre famille il y a maintenant plus de 6 mois. C’est ma fille de 4 ans et demi qui en a fait les frais.

Qu’est-ce que c’est ?

Le Molluscum contagiosum est une infection virale de la famille des poxvirus (la même famille que la variole). Une faiblesse de l’immunité en serait la cause principale. La maladie est bénigne mais elle peut durer assez longtemps (jusqu’à 5 ans).

Le molluscum est formé de petits boutons transparents ou rosés, fermes avec un creux au centre. Ce sont le plus souvent les enfants entre 2 et 10 ans qui sont touchés. Les adultes  ont généralement développé des anticorps contre la maladie mais certains  adultes et adolescents peuvent être contaminés (les patients immunodéprimés et contaminés par le VIH). Les enfants souffrant d’eczéma atopique sont plus enclins à développer ce virus mais il arrive que des enfants n’ayant aucun problème d’eczéma développent le molluscum également.

Les boutons apparaissent en groupe, sur tout le corps mais plus souvent sur le visage, le tronc, les plis, autour des parties génitales et sur les bras et les jambes.

Est-ce douloureux ?

Le molluscum est handicapant mais indolore. Cependant, une rougeur apparaît parfois tout autour du bouton, ce qui peut causer de légères démangeaisons. Il arrive que des lésions s’infectent et deviennent, elles, douloureuses. En se grattant, les enfants peuvent favoriser l’auto-contagion. Ils ont alors beaucoup plus de lésions qui prennent la forme de plaques les unes à coté des autres.

Est-ce contagieux ?

Le molluscum contagiosum, comme son nom l’indique, est contagieux et se transmet via des lésions cutanées (si l’enfant se gratte) mais aussi, plus rarement, par un contact indirect avec un objet contaminé. Il est beaucoup moins contagieux que d’autres maladies infantiles comme la varicelle ou la rougeole. Etant donné que l’enfant est contagieux durant toute la période, le risque de contamination des autres enfants peut durer très longtemps, ce qui peut être problématique dans les collectivités.

Les mesures d’hygiène habituelles sont de mise pour limiter la contagion. Il est recommandé de :

– se laver les mains aussi souvent et soigneusement que possible et d’utiliser un gel hydro-alcoolique au besoin.

– utiliser des gants jetables en cas de soin d’une lésion cutanée.

– laver le linge fréquemment et éviter les échanges avec les frères et sœurs.

– éviter les bains avec d’autres enfants, les piscines ou centres sportifs qui peuvent favoriser leur transmission.

– habiller l’enfant (s’il ne fait pas trop chaud) avec des vêtements longs, pour éviter le contact.

Faut-il le traiter ?

La plupart des molluscums guérissent spontanément en 6 mois ou moins, quand le corps commence à développer une résistance. Il est donc préférable de ne rien faire. C’est ce que mon médecin m’avait dit. Mais certains molluscums peuvent durer plus longtemps et continuer à s’étendre en raison d’une auto-infection, ce qui était le cas de ma fille. J’ai donc regardé les différents traitements, plus ou moins douloureux:

Le curetage

Le curetage, pratiqué par un médecin, consiste à couper les boutons, qui peuvent alors saigner et éventuellement laisser une cicatrice. C’est une méthode qui semble néanmoins assez efficace mais l’application préalable d’une crème anesthésiante est nécessaire.

La cryothérapie

Ce traitement est approprié pour un petit nombre de lésions. Comme pour les verrues, le médecin va geler le molluscum avec de l’azote liquide, ce qui provoque la brûlure et peut parfois engendrer une cloque douloureuse. Si une trop grande zone est brûlée, elle peut laisser des cicatrices. L’application préalable d’une crème anesthésiante est nécessaire.

L’incision

Le médecin incise le molluscum pour en vider son contenu. L’application préalable d’une crème anesthésiante est nécessaire.

Le laser C02

Il détruit le molluscum mais peut provoquer des cicatrices.

L’Hydroxyde de Potassium

L’Hydroxyde de Potassium est une substance kératolytique (dissout la kératine, principale protéine constituant la couche cornée de l’épiderme)  qui peut être appliquée sur chaque lésion de manière bien précise tout en évitant la peau saine, et ce jusqu’à l’obtention d’une rougeur. Cela peut être très douloureux pour l’enfant. C’est l’une des méthodes que nous avions utilisées mais que nous avons arrêté assez vite car ma fille trouvait cela douloureux.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent constituer un bon traitement pour le molluscum contagiosum si l’on est patient. Les HE de Niaouli, l’Eucalyptus à cryptone, l’Arbre à thé (tea-tree), le Giroflier, le Basilic exotique et la Myrte citronnée  donnent de bons résultats.

Une étude récente* démontre qu’un traitement mêlant l’huile essentielle de tea-tree (puissant antiseptique) et l’iodine (= iode organique) semble efficace sur le molluscum contagiosum. En effet, l’HE d’arbre à thé est l’une des huiles essentielles les plus connues car elle possède de nombreux effets bénéfiques allant de l’anti-fatigue à la cicatrisation. Elle est antiseptique, antifongique, cicatrisante, décongestionnante, antibactérienne, et stimule le système immunitaire.

Il faut cependant toujours faire attention à l’âge de l’enfant et s’informer prudemment sur les contre-indications de certaines huiles essentielles. Il est également nécessaire de toujours les mélanger avec de l’huile végétale (amande douce ou noisette par exemple) et ne pas les mettre pures sur la peau de l’enfant. Consultez un(e) naturopathe pour la posologie.

Stimuler l’immunité grâce à l’homéopathie

Il existe également un traitement homéopathique et le mieux est de consulter un ou une  homéopathe pour en connaître le protocole.

Conclusion

Après avoir essayé plusieurs traitements sans succès, j’ai tenté les HE mentionnées plus haut, couplées avec un traitement homéopathique.

Suite au prochain épisode !

*L’étude menée par Markum E. and Baillie J. : “Combination of essential oil of Melaleuca alternifolia and iodine in the treatment of molluscum contagiosum in children” et parue dans le Journal of Drugs in Dermatology (2012 Mar;11(3):349-54.).

Maman entrepreneuse, je suis en train de créer des produits bio et naturels pour les tout-petits, qui seront présentés dans mon e-boutique Lyanla. Mon blog vous parlera aussi de mes questionnements, mes défis, mes hésitations, mes tâtonnements et, au gré de mon parcours, je vous livrerai mes recettes et vous montrerai comment je suis arrivée au panaché final. A bientôt!

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2018 LRC  Conseils & Formations - © http://avoirunebellepeau.fr  -  Conditions générales de vente - Mentions légales

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?